Maison -Home

NUQ: Nations Unies du Québec
UNQ: United Nations of Quebec

Ensemble, on peut faire mieux!

La créativité et le bon sens au service de notre peuple
Creativity and common sense serving our people


A- Remplacer   Sûreté du Québec par: Police Nationale, service de sécurité publique.   Pourquoi?

1- La sûreté est une notion qui se focalise essentiellement sur la protection contre les dangers qui viennent de l'extérieur à la différence de la sécurité qui, elle, est la condition de protection contre des défauts, des dommages, des erreurs, des dangers à caractère physique, financier, politique, émotionnel, psychologique, etc. Donc un service de maintien de la paix et de l'ordre publique au sens large au lieu d'un simple service de répression du danger.

2- Donner à la Police Nationale un rôle de premier plan à la grandeur du Québec au niveau des crimes majeurs et des délits graves et laisser à des polices municipales urbaines et paysannes, les rôles de contrôle au niveau des lois municipales. Ceci afin de permettre un réseau de sécurité publique à la grandeur du territoire qui soit coordonné, ponctuel et le plus efficace possible.

3- Réformer de fond en comble le concept de police au Québec afin qu'il s'agisse à la base de service de maintien de la paix avec des agents de la paix au service du citoyen, au lieu de force de répression avec des agents de répression au service du système comme c'est le cas actuellement. Ainsi, changer les paradigmes qui sont au coeur de la formation des policiers à l'école de Nicolet et partout au Québec dans le but de faire des policiers de haut niveau qui soient capable de générer une fierté au sein des corps constitués, mais aussi au sein de la population.

4- Ne pas mettre d'armes à feu dans les mains des policiers avant l'âge de 30 ans. Avant cela, confiner les policiers à des tâches qui exigent le seul maniement du verbe et des moyens de contention non létaux. Ainsi, favoriser leur maturation psychologique avant de les mettre en position de tuer des citoyens.

5- Que la Commission de déontologie des policiers soit constituée non seulement d'avocats et de juristes, mais aussi d'anciens policiers, de gens du peuple, de psychologues et de personnes ressources pertinentes afin de promouvoir une amélioration du travail des policers et de son rapport avec les citoyens au moyen de processus de conciliation au lieu de verser automatiquement dans un processus judiciarisé de sanctions et procédures perverses d'avocats.

6-La Sûreté du Québec est en premier lieu une police, pas une agence de protection. Alors, nommer un chat un chat.